Accueil Espace praticien > Regard de Praticiens

CHAMBRE DES PROFESSIONS DE LA SANTE DURABLE
J'adhère
CHAMBRE NATIONALE
DES PROFESSIONS DE LA SANTE DURABLE
Regards de Praticiens



Ludovic Gersant
Guy Roulier
Sabine Der Agopian


Ludovic Gersant - Masseur kinésithérapeute - (49)
Regards de praticiens - Mercredi 8 janvier 2014 

Quelle différence faîtes-vous entre l'exercice de votre profession de Masseur-Kinésithérapeute et celle d'un Praticien de la Santé Durable Kinésithérapeute? Quel est le bénéfice pour vos patients ?

Le traitement mis en place par le masseur kinésithérapeute permet la prise en charge globale du corps du patient. Le praticien de la Santé Durable va étendre cette prise en charge à la globalité de l'individu.
Le patient prend alors conscience de son corps mais aussi des conséquences de son mode de vie sur celui-ci. Cela lui permet de s'approprier le traitement. Il n'y a plus de fatalité et le patient devient acteur de sa propre santé.


Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à continuer les études et apprendre des techniques complémentaires synergiques de la pratique classique de votre discipline de base ?

La curiosité m'a poussé à comprendre pourquoi des troubles persistaient malgré la mise en place de toutes les techniques en ma possession. Ma première formation complémentaire m'a permis de répondre à plus d'attentes mais d'autres problématiques se sont présentées. Les formations se sont alors enchainées, les unes ouvrant la porte aux suivantes. Et ce n'est pas terminé, il reste tant de chose à apprendre.

La prévention Santé Durable est le seul avenir possible pour une politique de santé efficace ou chaque individu devient corresponsable de sa santé avec l'aide et le soutien de son praticien. Quel est votre avis par rapport à votre expérience ?

Chacun de nous est responsable de sa santé. Même si un praticien emploie les meilleures techniques possibles, sans l'implication du patient dans un traitement global, aucun résultat ne pourra perdurer à moyen ou long terme. Il est bien plus facile de prévenir que de guérir.

L'efficacité des soins nécéssite la coordination des diverses filiaires de la Santé Durable.
Quel intérêt voyez à cette promotion de l'interdisciplinarité et quel bénéfice pour vous et pour le patient ?


Une technique aussi efficace soit elle ne peut répondre à toutes les attentes, sinon tout le monde pratiquerait la même méthode. Le patient à tout intérêt à recevoir différentes approches corporelles et psychologiques et le thérapeute à savoir vers qui orienter le patient.

Que pensez-vous des objectifs de la CAPSAND en matière d'information, d'éducation du public et de promotion de la Prévention Santé Durable ?

La CAPSAND cristallise toutes ces notions de globalité, interdisciplinarité, implication et responsabilisation du patient pour qu'il devienne acteur de sa propre santé. Les missions de prévention et de promotion sont essentielles et d'autant plus efficaces qu'elles concernent les patients, les praticiens mais aussi les institutions gouvernementales ;



Guy Roulier - Ostéopathe, ancien kinésithérapeute - (49)
Regards de praticiens - Mercredi 8 janvier 2014


Vous êtes Praticien de la Santé Durable. Quelle différence faîtes-vous entre l'exercice de votre profession d’ostéopathe et celle d'un Praticien de la Santé Durable ostéopathe ? Quel est le bénéfice pour vos patients?

Entre l’ostéopathie simple technique manipulative symptomatique et l’ostéopathie discipline de la santé durable, il y a un océan. Le regard de l’ostéopathe praticien de la Santé durable sur la santé englobe non seulement la santé comme un tout indivisible mais comme interdépendante de son environnement. Le bénéfice pour le patient réside dans le fait que le praticien le fait participer pleinement au traitement et le responsabilise en lui permettant de prendre conscience que sa santé est en grande partie de sa responsabilité et que son mode de vie, le respect des règles de l’hygiène vitale jouent un rôle capital. La santé durable c’est d’abord une prise de responsabilité de sa santé par le patient. Encore faut-il que son praticien le conseille et le guide de façon adaptée.

Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à continuer les études et apprendre des techniques complémentaires synergiques de la pratique classique de votre discipline de base ?

Masseur-Kinésithérapeute de formation, j’ai vite mesuré mes limites de compétence. C’est un ami, médecin de campagne qui m’a incité à aller me former en ostéopathie en Angleterre, puis en France quand la première école a été créée. Ensuite c’est out naturellement que j’ai appris la médecine chinoise avec André Brunel, Michel Frey et Thierry Gaurier, la naturopathie en Allemagne et Angleterre et en France, la phyto-aromathérapîe, la posturologie et les réflexothérapies en France. Environ 15 ans de formation continue, me permettant à chaque nouvelle formation d’enrichir ma pratique.

La prévention Santé Durable est le seul avenir possible pour une politique de santé efficace ou chaque individu devient coresponsable de sa santé avec l'aide et le soutien de son praticien. Quel est votre avis par rapport à votre expérience ?

La participation active du patient est la condition sine qua non de la réussite d’un traitement, quel que soit son âge ou son état de santé. Il ne s’agit pas de volonté seulement mais de motivation. La motivation, la visualisation de sa guérison, de la santé retrouvée, la confiance dans le praticien et dans ses propres forces décuplent les forces d’auto-guérison. Pour prendre mon exemple favori, ma mère à 102 ans suite à une chute a souffert d’une sciatique paralysante L4-L5. Le traitement ostéopathique, les auto-massages, les exercices spécifiques lui permirent en 2 mois de récupérer une autonomie lui permettant de remarcher et de sortir faire ses courses !

L'efficacité des soins nécessite la coordination des diverses filières de la Santé Durable.
Quel intérêt voyez à cette promotion de l'interdisciplinarité et quel bénéfice pour vous et pour le patient ?


La coordination des soins nécessite une synergie des compétences. Le praticien de la Santé durable connaît ses limites de compétence et se fait une devoir d’adresser le patient au spécialiste à chaque fois que l’intérêt du patient l’impose. Il ne persiste pas dans un traitement sans effet et réagit sans délais en cas d’urgence ou de suspicion d’une affection grave. L’interdisciplinarité est la poutre maîtresse d’un médecine efficiente et humaine où l’intérêt du patient prévaut sur toute autre considération.

Que pensez-vous des objectifs de la CAPSAND en matière d'information, d'éducation du public et de promotion de la Prévention Santé Durable ?

Ces objectifs alliant la formation et l’éducation du public à la santé durable et la formation pluridisciplinaire des praticiens,  suscitant la création de réseaux de soins de santé durable correspondent aux objectifs de l’Organisation Mondiale de la Santé. Les ARS travaillent aussi dans ce sens, mais il faut que toutes les filières de la santé soient impliquées, ce qui reste un chantier pour l’avenir.



 
Enter your title here
Enter your text here


Retour somma
Enter your title here
Enter your text here